Posted by Marie-Hélène Bouchard Plus de connaissances

Le système d’allumage

Le système d’allumage a beaucoup évolué au courant des dernières années. On retrouve un moteur à allumage commandé dans les voitures à essence. Ce mécanisme mécanique qu’est l’allumage, contribue à enflammer le mélange air-essence au niveau de la chambre de combustion. Cela peut sembler simple de prime abord, mais le procédé est toutefois assez complexe. Pour ce qui est des moteurs diesel, le mécanisme diffère car ils sont munis d’un système d’auto-allumage. Le nom de ce système est « par pression/chaleur ».

Le système d’allumage classique

Les voitures d’un peu moins de 12 ans sont fabriquées avec ce système d’allumage.

Afin de s’assurer une bonne compréhension du système d’allumage, il est bon de posséder certaines connaissances de l’électricité. Cet article se limitera à vulgariser au maximum comment le système d’allumage fonctionne tout en n’entrant pas dans la complexité d’un circuit électrique.

On retrouve une bougie pour chacun des cylindres présents. Un procédé permet que l’étincelle soit bien réglée pour s’acheminer au bon moment dans chaque cylindre. Si l’étincelle retarde ou encore est trop en avance dans l’un des cylindres, cela va occasionner des problèmes.

En fait, pour simplifier, on peut dire que le moteur de votre voiture est l’endroit où se mélangent l’air et l’essence. Pour entrer en combustion, le mélange doit monter à une très chaude température dans le cylindre. L’énergie provenant du moteur est ensuite propulsée aux roues afin de faire déplacer la voiture.

Au cœur même du système d’allumage, le courant est d’abord envoyé à la bobine, par la batterie. La bobine est cette partie mécanique qui a comme fonction de multiplier la force du courant qui se rend aux bougies, en provoquant une étincelle sur leurs électrodes. Ainsi le courant de départ équivalant à 12 v, se transforme, par la bobine en pas moins de 40 000 v !! Les bougies, chacune leur tour, réclame une étincelle à un moment précis mais jamais en même temps. C’est ensuite au tour du distributeur d’être engagé. Ce dernier coordonne le courant émis aux bougies. Par son mouvement circulaire, il distribue les étincelles aux bougies d’allumage exactement dans le bon moment pour chacune.

Le rupteur aussi se meut de façon circulaire car il est fixé à l’arbre du distributeur. Il s’ouvre et se ferme dans l’objectif de faire parvenir le courant vers la bobine.

On a dénombré de nombreux inconvénients au système d’allumage classique comme par exemple, l’usure constante du rupteur qui provoquait continuellement une baisse de performance au niveau du moteur ainsi qu’une augmentation de la consommation d’essence.

Le système d’allumage électronique

Depuis 1950, il existe différentes générations précédentes au système d’allumage électronique tel que conçu aujourd’hui.

Première génération du système d’allumage électronique

La toute première invention fut l’introduction d’un transistor de puissance que l’on retrouvait entre le rupteur et la bobine dans l’objectif de diminuer les étincelles sur le rupteur. Comme on a lu précédemment, le rupteur s’usait rapidement avec le système classique d’allumage. Ainsi, on tentait de cette façon, de le conserver en meilleur état. Effectivement, on a constaté que le rupteur était moins agressé.

On vit ensuite poindre le système d’allumage à décharge de condensateur. Le stockage de l’énergie se fait préalablement dans un condensateur avant que la tension soit envoyée dans la bobine. Tout le système s’est alors vu amélioré au niveau de la performance, par l’augmentation du courant sur les bougies, la durée de l’étincelle ainsi que la combustion.

Deuxième génération du système d’allumage électronique

Malheureusement, les efforts lors de la deuxième génération du système électronique n’ont pas été un succès. Il s’agissait d’utiliser un capteur électronique pour remplacer des vis platinées (rupteur).

Troisième génération du système d’allumage électronique

C’est ici que l’on vit apparaître le système électronique complet bien que son invention datait de 1970. Il fut appliqué à l’ensemble des moteurs (voitures, motos, bateaux) dans le courant des années 80.

Entretien du système d’allumage

Les voitures qui sont munies du système d’allumage électronique ne nécessitent comme entretien que le remplacement des bougies. C’est différent pour les véhicules plus anciens toutefois.

Il peut arriver que la tête d’allumage se brise. Si elle est fêlée, elle doit être remplacée. Même chose pour une défectuosité mécanique au niveau du condensateur. Il doit être remplacé rapidement car cela peut causer la brûlure du rupteur presque instantanément.

Les fils de la bougie peuvent raidir. C’est alors un signe qu’on doit les changer.

Les bougies comme tel peuvent parfois exiger un remplacement ou encore un nettoyage. On les remplace entre 10 000 et 30 000 km. Il faut s’assurer que les électrodes de chaque bougie soient maintenues propres afin de conserver le contact maximum. Si une des bougies performent moins, on remarquera une hausse de la consommation de carburant, une accélération avec des ratés et une performance inégale du moteur.

Chez Létourno service de pneus et mécanique de Québec, nous avons sur place la bougie qui convient à votre type de véhicule. Il est important de changer toutes les bougies dans le même moment afin de conserver le même niveau d’allumage sur chacune.

Si la bobine est endommagée, le véhicule refusera de démarrer.

Nous vous conseillons, chez Létourno service de pneus et mécanique de Québec, de demeurer attentif au voyant lumineux du tableau de bord. C’est souvent le voyant « vérifier moteur » qui s’allume ou encore le « Défaut gestion moteur » et qui indique que le moteur a des manques.

 

Tags:

Write a Reply or Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *